Auteur : Cécile

Comment bien préparer la chambre d’un nouveau né ?

La naissance d’un enfant est sans conteste l’un des plus grands événements dans la vie des parents. Après l’avoir souhaité, chéri et attendu durant neuf mois, le voilà enfin qui montre le bout de son petit nez. Pour accueillir bébé comme il se doit, il est fondamental de lui créer un espace bien à lui. Il est donc impératif de faire de sa chambre un endroit paisible, convivial et surtout sécurisé. Pour que la chambre de votre loulou soit esthétique et utilitaire, voici quelques indispensables à y installer.

Une literie de bonne qualité : un indispensable dans la chambre d’enfant

Un nouveau-né passe le plus clair de son temps sur son lit puisqu’il dort en moyenne 16 h par jour. Ce sommeil est capital puisque c’est lui qui (va permettra à l’enfant d’avoir une excellente croissance physique et intellectuelle. Pour cette raison précisément, il faut lui offrir une bonne literie. Pour que votre loupiot puisse dormir en toute sécurité, il est conseillé d’investir dans un berceau. Bien entendu, pour son confort, il faut équiper ce mobilier avec un matelas douillet. Il serait préférable d’acquérir un matelas conçu avec des matières naturelles. Celui qui est élaboré avec de la fibre de bambou est à privilégier. Il est apprécié pour ses vertus de thermorégulation et d’hygroscopie. La fibre de bambou est antibactérienne et antifongique. Ce qui convient parfaitement au bien-être et à la peau fragile de votre chérubin.

En plus du matelas, il ne faut pas non plus oublier l’oreiller ainsi que la couverture. Il faut toujours prioriser les équipements faits de matières naturelles. En outre, afin d’assurer l’éveil de l’enfant, pourquoi ne pas accrocher en haut de son lit des jouets à suspendre ? Ces derniers se déclinent sous différentes formes et en plusieurs coloris. Coquillages, étoiles, cerises…, le choix est large. Vous trouverez certainement le mobile à suspendre qui vous parle et qui émerveillera le petit ange avant le dodo. Par ailleurs, s’il ne vous est pas venu à l’esprit d’acheter cet accessoire, ne vous affolez pas. Ce modèle de jouet fait partie des cadeaux de naissance les plus courants. Quelqu’un de votre entourage vous en offrira sûrement.

La table à langer, un élément essentiel dans la chambre de bébé

Vous avez déjà presque tous les indispensables dans la chambre de votre bébé. Il ne manque plus que la table à langer. Ce meuble est un accessoire essentiel dans cette pièce. De par sa hauteur, il est très pratique. En effet, il permet aux parents de changer facilement la couche de bébé, sans avoir à se pencher. Généralement, la table à langer est munie de quelques parties de rangements. Ces dernières donnent la possibilité de garder à portée de main tout le nécessaire lors du changement de couches. Pour donner un peu d’esthétisme dans la chambre de votre bambin, choisissez une table à langer avec de belles couleurs. Une large palette de teintes s’offre à vous. Comme les peluches, vos proches ne manqueront sûrement pas de vous donner ce présent de naissance. Si la table à langer ne dispose pas d’espaces de rangement, achetez une jolie commode.

Bébé pleure trop, quelles sont les causes ?

Un bébé qui pleure est chose normale, sauf quand ses pleurs deviennent trop fréquents ou quand il ne veut plus s’arrêter. Apprenez à déceler les causes de ses cris et découvrez comment le calmer.

Apprenez à écouter votre bébé

Evitez surtout de laisser bébé pleurer sans agir. Comme il ne sait pas encore parler, il ne communique qu’avec ses pleurs. A vous de traduire ses cris, apprenez à les connaître pour mieux l’apaiser. N’hésitez pas à satisfaire les demandes de votre enfant, du moins durant ses trois premiers mois. En effet à cet âge-là, bébé pleure au moins 2 heures par jour. Cependant un bébé ne pleure jamais pour rien.

Pourquoi bébé pleure-t-il ?

Quand un bébé pleure, cela peut signifier qu’il a faim ou soif. Il commence d’abord par gémir, et si vous ne réagissez pas, ses cris deviennent de plus en plus stridents.

Un bébé peut aussi pleurer parce qu’il a sommeil. C’est le cas des nourrissons des de deux ou trois mois, ils pleurnichent et s’agitent lorsqu’ils cherchent le sommeil. Apaisez-le en le prenant dans vos bras, en le berçant ou en le murmurant de mots doux. Pour aider bébé à faire ses nuits, mettez-le dans son berceau dès que ses yeux commencent à fermer. Il faut le laisser dormir seul et de temps en temps, il faut aussi le laisser pleurer un peu. Retrouvez d’autres conseils sur le site de Je suis papa.

Quand bébé crie ou pleure, cela veut aussi dire que quelque chose le gêne. Sa couche peut-être ? Quand est-ce que vous l’avez changé la dernière fois ? Il se peut qu’il ait froid ou qu’il soit trop couvert. Il est aussi courant de voir un nourrisson pleurer juste avant le rot.

Ensuite au fil du temps, bébé commence à pleurer pour d’autres raisons. Vers six mois, il commence à prendre conscience de son environnement. Il pleure quand il se sent seul, notamment quand vous le laissez dans son berceau. Un bébé peut aussi pleurer de frustration ou de colère, voire de peur quand il sent abandonné, ou encore de jalousie quand vous devez vous occuper de l’aîné. C’est le moment de lui apprendre à jouer seul, en attirant sa curiosité avec de nouveaux jouets, de lui parler et de le rassurer quand vous devez par exemple le laisser seul un moment dans son parc.

Bébé ne veut pas arrêter de pleurer

Durant ses premiers mois, bébé peut être sujet à des coliques. Il pleure fort, se tortille et agite ses jambes. Pour l’apaiser, massez doucement son ventre par des mouvements circulaires et tenez-le au chaud.

Vous n’arrivez pas apaiser votre enfant ? Dans ce cas vérifiez sa température. Des pleurs forts et intenses peuvent en effet révéler une douleur ou une fièvre. A plus de 38.5°, vous pouvez lui donner du paracétamol, le temps de l’emmener voir un médecin.

Les reflux gastro-œsophagien sont aussi courants chez les nourrissons. Bébé pleure après chaque tétée et régurgite souvent son repas. Dans ce cas, un traitement chez le pédiatre s’avère nécessaire.

L’intérêt de faire une liste de naissance

La naissance d’un enfant suscite un sentiment paradoxal chez les parents. Certes, il s’agit d’un événement heureux, mais parfois à cause du stress, il arrive que l’on s’angoisse à mort. Ainsi, pour éviter les désagréments et les oublis, il faut se préparer à l’avance, c’est-à-dire dès les 7 mois de grossesse. Ici, on ne fait pas seulement référence aux équipements nécessaires pour la mère, mais également aux vêtements et aux différents accessoires utiles pour bébé. Dans ce cas, pour ne manquer de rien, il est préférable de faire une liste des choses à acquérir et des équipements à préparer.

Les équipements à préparer à l’avance

L’arrivée d’un bébé ne s’improvise pas. Cela signifie que l’on doit bien se préparer à l’avance. Ainsi, la première chose à faire est de préparer la chambre de bébé. Cette étape doit normalement se faire dès les 7 mois de grossesse, au moment où la maman n’est pas encore très fatiguée. Pour cela, il est important de choisir la couleur idéale (rose, bleu ou neutre, en fonction de vos grés), des mobiliers à y déposer (le lit, le tapis d’éveil, le placard, etc.) et ainsi que les jouets. Sur ce dernier point, il convient de rappeler l’intérêt d’opter pour les objets qui favorise l’éveil et qui stimule le cerveau de bébé. C’est la raison pour laquelle, il ne faut pas oublier d’acheter Sophie la girafe, de choisir un hochet musical ou un jouet émettant un son, et d’acquérir des doudous bien colorés ? Sinon, il est aussi possible d’y ajouter quelques décors, en installant des cadres photo, des objets de décoration, et bien d’autres encore. Mais à part la chambre de bébé, il est aussi nécessaire de faire une liste des équipements dont il aura besoin au quotidien, comme la cuvette de toilette, la balancelle, la poussette, le biberon, les serviettes, etc.

Les choses à ne pas négliger dans sa liste

S’il y a bien une chose que l’on ne doit pas négliger, c’est la liste des équipements à avoir pendant le séjour à la maternité. Il est conseillé de le faire au troisième trimestre de grossesse, parce que l’on n’est pas informé exactement de l’arrivée de bébé, malgré la date probable d’accouchement. Et même si le service de maternité fournit des équipements de base, il est toujours préférable de prévoir des tenues dont bébé aura besoin (bonnet, moufle, pyjama, petite couverture, etc.), des équipements nécessaires à sa survie, telle que le biberon, le lait, la trousse d’hygiène…

Il est aussi indispensable d’établir une liste des choses dont la mère aura besoin, telle que les vêtements, la trousse d’hygiène, et bien d’autres encore. Il est également possible d’apporter à la maternité des jouets auxquels bébé aura besoin pour l’occuper. Sinon, pour bien préparer la naissance de bébé, il est aussi nécessaire d’assister à des cours de préparation à la naissance. C’est durant ces séances que l’on pourra s’informer des choses à faire et à ne pas faire durant la grossesse et pendant la naissance de bébé.

Checklist pour ne rien oublier pour le jour de son mariage

Checklist de mariage

Si les préparatifs d’un mariage commencent une année à l’avance, il est conseillé de se munir d’une checklist pour être plus organisé. Comme le compte à rebours commence, la meilleure façon est de planifier par mois et par jour les tâches et missions qui devraient être faites. Avec ou sans wedding planner, vous devez toujours avoir votre « mémento » !

Le mariage, un évènement à organiser

À un an du jour J, vous serez super-excité(e) à l’idée que la date fatidique approche et appréhende déjà le fait de ne pas assurer l’organisation du jour le plus important de votre vie. On vous conseille alors de faire une checklist qui sera mieux structurée en fractionnant le temps. Procédez donc par mois en commençant par « -12 mois » et y mettre les premières missions à faire : fiançailles et rencontre avec la famille et autres.

Toutes les réservations des prestataires doivent être faites à l’avance pour avoir une date exacte, et il n’est jamais trop tôt pour les faire. Plusieurs tâches doivent s’y inscrire et quelques-unes sont plus qu’importantes pour ne pas mettre les gens « au pied du mur ». La distribution des faire-part, la confirmation des rendez-vous, jusqu’à la dernière minute, vous aurez toujours des détails à régler mais avec une telle organisation, vous serez moins…stressé(e) !

Consultez les bons sites

Ça y est, vous avez tout inscrit dans votre checklist toutes les missions jusqu’aux moindres détails, il est temps maintenant de passer aux préparatifs proprement dits. Avec Internet, vous n’aurez plus à vous déplacer pour vous renseigner ou pour passer vos commandes, puisqu’il est possible de les faire en ligne, certes, le mieux est toujours de tout consulter de visu, mais plusieurs professionnels sont accessibles avec de la garantie et du sérieux.

Comme vous avez déjà choisi le thème pour votre jour J, vous pourrez trouver des idées de décoration de mariage dans des magasins spécialisés. Plusieurs thématiques y sont proposées avec des accessoires qui personnaliseront votre salle et vos tables de fête. Pour rendre votre fête originale, il y a toute une panoplie d’idées pour créer une belle ambiance, pour offrir des cadeaux-souvenirs aux invités sans sortir du contexte que vous avez choisi.

Préparez votre playlist !

Pour que l’ambiance soit au rendez-vous lors de votre mariage, l’animation doit être parfaite. Si certains arrivent à payer un orchestre pour interpréter les plus belles chansons d’amour, d’autres préfèrent engager un DJ et la musique du mariage pourrait être choisie par les mariés. Vous pourrez alors composer dans votre checklist une playlist qui sera respectée par le prestataire.

Ainsi, des sites sont aussi disponibles pour vous suggérer quelques morceaux parfaitement appropriés à un tel évènement. La musique d’entrée dans l’église, celle de l’entrée dans la salle de réception à laquelle certains couples ajoutent de la chorégraphie avec les garçons et les demoiselles d’honneur, celle de l’ouverture de votre bal et celle qui sera en sourdine lors de la séance pour couper le gâteau, seront à préparer.

Comment appliquer la communication non violente ?

La communication non violente

Beaucoup de personnes parlent de la communication non violente, mais peu d’entre elles ne la comprend ni la pratique. Elle représente un élément essentiel qui assure la durabilité d’une relation amoureuse, renforce également le lien parent et enfant. Cela ne signifie non seulement de se parler, mais de se communiquer intelligemment. Voici quelques astuces qui vous seront utiles pour bien l’appliquer.

Tout commence par l’intention

Une bonne communication se construit par l’intention que l’on a. Il s’agit d’un état d’esprit où l’on souhaite se positionner avant d’entamer un échange. Ainsi, quand on constate un comportement inapproprié chez l’autre, on sera déjà préparé. Face à ce genre de situation, vous pouvez adopter une façon de penser en considérant que cette personne qui est devant vous est vraiment merveilleuse et qu’elle n’a pas de mauvaise intention envers vous.

Savoir observer en communication non violente

Il s’agit ici de ne pas se précipiter lorsque quelqu’un affirme quelque chose. Autrement dit, il faut savoir décrypter les paroles des autres. La CNV suppose une observation neutre et objective non d’une façon subjective pour éviter tout conflit. Donc, procédez par l’observation sans jugement, basez-vous sur les faits toujours en restant neutre. Si vous ne jugez pas la personne avec qui vous communiquez elle ne sentira pas blesser ni offenser en parlant avec vous. Ainsi elle s’ouvrira facilement et vous écoutera attentivement sans passer au mode défense.

Verbaliser les sentiments

Après toutes ces étapes vient la formulation du sentiment. Cette fois, vous devez exprimer tout ce que vous ressentez en choisissant les bons mots. Pour ce faire, le mieux c’est d’utiliser le mot « je », par exemple : je suis content ou je suis déçu. Cela aidera l’autre personne à penser que ce qui se passe n’est pas de sa faute et facilitera ainsi la communication. On ne vous considèrera pas comme agressif, car vous parlez de vous et seulement de votre ressenti.

Faire connaitre ses besoins

Dans le domaine de la CNV, il est important d’exprimer ses besoins. C’est une chose que chaque être humain ressent. Tout ce qu’on fait est une façon de satisfaire nos besoins. Que ce soient nos actions, nos pensées, nos émotions, tout cela est attaché à nos besoins. Donc, si on ne les exprime pas, il y a un risque que l’autre l’interprète mal.

Ainsi, qu’il s’agisse de votre conjoint, de votre enfant ou votre collègue, votre interlocuteur va toujours chercher à deviner votre réel besoin. Elle risque alors d’avoir une vision complètement différente de la vôtre et vouloir combler un besoin inapproprié. Ce qui pourrait aggraver la situation. Mais, quand vous montrez clairement son besoin réel, vous favoriserez la coopération. Cette méthode fonctionne très bien, surtout chez l’enfant.

Bien formuler une demande

Appliquer la communication non violente n’est pas une chose facile, mais vous avez déjà beaucoup appris n’est-ce pas ? La dernière tâche est la formulation de la demande. Il va donc falloir changer votre manière de demander, par exemple si vous vous adressez à un enfant vous pouvez dire : « Peux-tu enlever le papier mouillé des trous du lavabo et le jeter à la poubelle s’il te plait ? ».

Tenez bien en compte qu’une demande n’est pas du tout une exigence. Quand on formule une exigence, on veut exercer un certain contrôle sur l’autre. Par contre, lorsqu’on demande on est déjà prêt au fait que l’autre pourrait refuser. Si tel est le cas, c’est probablement parce que la solution qu’on a trouvée pour satisfaire nos besoins ne correspond pas au besoin de l’autre. De ce fait, on se réfère à la communication non violente en discutant ensemble du problème et en cherchant un compromis.

Conseils pour choisir sa nounou

Lorsque les parents travaillent, ils ont besoin d’une personne de confiance pour s’occuper de leurs enfants. Heureusement, les nounous sont là, elles jouent un rôle important dans l’éducation d’un bambin. Elles favorisent le développement psychomoteur et contribuent à l’intégration des valeurs essentielles aux yeux des parents. Dans ce contexte, choisir la bonne candidate est alors primordial. Ces quelques lignes vous aideront à faire le bon choix, pour vous, et votre enfant.

Bien fixer les points importants à l’avance

Vous pouvez déterminer en avance les horaires, les tâches à assigner, les valeurs importantes à vos yeux ainsi que vos possibilités financières. Avez-vous besoin d’autres services comment l’accompagnement à l’école, les bains, les aides au devoir ou encore la cuisson des repas ? Bien entendu la garde de votre enfant constitue sa principale activité et si elle accepte les autres, son salaire augmentera en conséquence.

Contacter une agence ou une association

Demander auprès de votre réseau est un réflexe naturel et son efficacité est prouvée. Ils peuvent vous indiquer une nounou qui a déjà travaillé pour eux. Les associations ou les agences comme assadia Lyon constituent aussi un choix pertinent. Leur base de données comprend des personnes ayant suivi une formation appropriée et une expérience riche avec les enfants. Ils vous accompagnent pendant tout le processus. En cas de problèmes, vous saurez à qui s’adresser. Par ailleurs, cette démarche facilite la recherche d’une remplaçante si jamais vous devez vous séparer de votre nounou.

Vérifier les références reste indispensable

Les nounous listent dans leur CV les contacts permettant de vérifier leurs références. Vous pouvez demander aux autres familles comment s’est déroulée leur collaboration. En plus des informations, le ton employé offre une indication intéressante. Sont-ils enthousiastes ou soulignent les qualités en restant froid et distant ? Toutefois, dans la mesure du possible, il faut toujours veiller à recouper les informations. Appeler deux ou trois personnes sera alors nécessaire.

L’entretien, une phase importante pour choisir la bonne nounou

Vous avez réussi la première étape, une association ou un ami vous a recommandé une nounou. Maintenant, il est temps de la rencontrer. Préparer un petit questionnaire sur les points qui vous tient à cœur est essentiel.

L’échange servira à vérifier ses expériences, sa capacité d’écoute, son enthousiasme par rapport à son travail ainsi que ses compétences en matière de secourisme. Outre ces aspects techniques, le feeling est primordial. Est-ce que le courant passe ? Sentez-vous que vous êtes sur la même longueur d’onde ?

Dans cette optique, réaliser l’entretien en présence de l’enfant est souvent recommandé. Son avis compte aussi dans la procédure. Si vous avez la possibilité d’organiser deux rencontres : le premier entre vous et la nounou et le second avec l’enfant, c’est encore mieux.

La proximité, un critère essentiel

La nounou ne doit pas habiter trop loin de votre maison. Elle pourrait arriver en retard, ce qui perturbera l’ensemble de votre organisation. Elle aurait également des problèmes au moment de rentrer. Au cas où son quartier est légèrement éloigné, les transports en commun sont-ils fiables ou elle dispose de son propre moyen de locomotion ?

Navigation