Rivalité entre frères et sœurs : quand faut-il s’inquiéter ?

Quand on est issue d’une même fratrie, on ne fait pas que s’aimer. Il est même récurrent qu’entre frères et sœurs naisse une certaine rivalité dès les plus jeunes âges, ce qui peut inquiéter les parents. Quand celle-ci n’est pas maîtrisée, différents problèmes peuvent surgir au niveau de la vie familiale. Il est donc nécessaire de faire attention à ce que les conflits ne soient pas trop poussés.

Les causes de la rivalité

La rivalité entre frères et sœurs naît souvent avec le cadet des deux, surtout s’il y a moins de trois ans entre les deux. L’aîné qui a eu l’habitude d’être le centre de l’affection de ses parents se sent alors comme rejeté. Il pense que le nouveau venu lui a dérobé l’attention et l’amour de ses parents : il a pris son petit lit, ses jouets, ses vêtements, etc. Il rejette alors toute la responsabilité sur son cadet et essaie de récupérer son bien en tentant d’être plus important que celui-ci. La réaction de l’autre est généralement réciproque car lui aussi veut être le préféré des parents.

Les risques liés à la rivalité

Une rivalité entre frères et sœurs est un fait qui oblige chacun à se mettre en valeur. Si elle est maîtrisée à temps, il n’y a pas d’énormes risques. Par contre, si aucune mesure n’est prise, la rivalité risque de se transformer en une véritable haine qui ne pourra plus être balayée. Dans certains cas, le conflit peut même resurgir après des années, si bien que certains frères et sœurs ne se contactent plus à l’âge adulte, provoquant une véritable déchirure au sein de la famille.

Les limites de la rivalité

Généralement, une rivalité fraternelle se dissipe vers le début de l’adolescence où les deux commencent à se comprendre et s’entre-protéger. Mais si cette rivalité est trop intense, elle se poursuit bien au-delà. Lorsque l’un des enfants commence à se sentir réellement rejeté parce qu’il y a favoritisme de la part des parents, la situation devient grave. Aussi, quand l’enfant manifeste des réactions excessives même quand on semble le favoriser lui-même, il est nécessaire de trouver une entente entre les deux. Il est du devoir des parents de se placer en tant que médiateur pour aider les enfants à trouver eux-mêmes la solution à leurs problèmes, mais surtout pas se placer en tant qu’arbitre et donner des jugements qui seront toujours mal interprétés.

Avoir son cabinet au domicile familial : rendre la cohabitation agréable

De plus en plus de personnes préfèrent désormais installer leur cabinet au domicile familial. Chacun a ses raisons, mais la vraie question qui se pose est comment concilier vie professionnelle et vie privée dans un même cadre? Cela dans le but de rendre la cohabitation agréable.

Isoler le plus possible le cabinet

Une longue journée de travail procure souvent une très grande fatigue et à ce moment-là on ne pense plus qu’à rentrer chez soi et prendre un peu de bon temps en se reposant. Mais que faire si notre bureau se trouve chez soi? Cette situation peut être très difficile à gérer parce qu’on n’arrive pas à changer d’air alors il se peut que notre humeur n’évolue pas et a des répercussions sur notre famille. Pour éviter cela, le mieux est d’isoler au maximum notre cabinet. Il faut veiller à ce qu’il n’y ait aucun contact avec les membres de la famille lorsqu’on travaille. C’est aussi valable pour les clients, ils ne doivent communiquer avec les habitants de la maison.

Distinguer bien les dépenses ménagères et les frais professionnels

Dans la plupart des cas, quand une personne décide d’installer son cabinet à domicile c’est qu’elle veut lancer son propre business mais n’a pas encore les moyens nécessaires pour l’achat ou la location d’une infrastructure adaptée. C’est là qu’il est nécessaire de bien distinguer ce qui est à la charge de votre cabinet et ce qui est à la charge de la maison. Et même si certains biens sont difficilement quantifiables, le mieux est quand même d’essayer de faire une estimation qui se rapproche le plus de la réalité. Car dans la plupart du temps on partage avec son conjoint les dépenses ménagères, mais ce n’est pas forcément le cas pour les frais professionnels.

Créer deux atmosphères différentes

Lorsqu’on entre dans son lieu, il faut avoir un état d’esprit autre que celui qu’on a à la maison. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de créer deux atmosphères bien distinctes pour ne pas se laisser distraire et perdre de sa performance. Pour parvenir à cela, l’idéal est de réaliser deux décors différents, aucun élément des autres pièces ne doit être visible dans le cabinet. Il serait même préférable que la couleur des murs soit différente. Ce n’est pas évident d’arriver à faire convenablement cette création de double décor, mais on peut faire appel des experts en cherchant des spécialistes sur pro.dweho.com par exemple.

Toutefois, ces conseils ne sont que des recommandations très généralisées car les conditions peuvent changer en fonction des professions. Et sachant qu’aujourd’hui, il existe plus de 100 idées de travail à domicile, il serait très prétentieux de dire qu’on a la formule magique pour rendre la cohabitation agréable peu importe le métier.

Divorce : comment l’expliquer aux enfants ?

Actuellement, 44% de couples divorcent et ont du mal à expliquer à leurs enfants leur décision. En effet, le fait de se séparer est une situation difficile à vivre surtout s’il y a des enfants en jeu. Il s’avère plus difficile de leur annoncer cette décision, mais comment trouver les mots justes, clairs et précis qui pourront apaiser la situation ?

Comment annoncer le divorce aux enfants ?

Pour annoncer un divorce aux enfants, il vous faudra penser au fait du comment vous allez vous y prendre et comment allez-vous faire passer le message essentiel. De ce fait, expliquez-leur que les parents sont malheureux ensemble et que la situation s’aggraverait à la maison si vous continuez à vivre sur le même toit et si vous ne vous séparez pas. Aussi, expliquez-leur qu’il est plus favorable de vivre ensemble lorsqu’on s’aime, mais il serait préférable de vivre séparément lorsqu’on se dispute souvent ou lorsqu’on ne s’aime plus.

Par ailleurs, précisez aux enfants que ce sont des problèmes d’adultes et que cela n’est certainement pas de leur faute. Par la même occasion, rassurez-les que vous ne cesserez jamais de veiller sur eux et que vous seriez toujours là pour eux. De même, rappelez-les que quoiqu’il arrive vous êtes toujours son père ou sa mère et que quand viendra le jour où ils fonderont aussi leur propre famille, vous deviendriez les grands-parents de leurs enfants.

La séparation résulte des situations difficiles traversées par les couples. En effet, elle n’est autre que le résultat des moments d’exaspération mutuelle. Cependant, pour l’annoncer aux enfants, il vous faudra attendre le moment propice, c’est-à-dire vous devez expliquer à ces derniers la situation pendant le moment où votre relation se dégrade et pour cela, vous devez leur dévoiler qu’en ce moment tout ne va pas bien entre les deux parents et que vous leur tiendrez au courant de votre décision futur et de ce que vous allez faire. Ainsi, une fois la décision prise, vous devez l’annoncer à vos enfants ensembles.

Comment rassurer les enfants lors du divorce des parents ?

Pour rassurer vos enfants, expliquez-leur qu’il est impossible de divorcer de ses enfants. Par ailleurs, expliquez-leur que vous garder une bonne relation avec votre conjoint pour l’éducation des enfants même si le couple conjugal fait face à une crise. De même, il faudra que l’intégrité du couple parental soit maintenue pour que les enfants ressentent une certaine sécurité même vis-à-vis de la situation présente. Aussi, il vous faudra les rappeler qu’ils grandiront toujours avec le soutien, l’amour, l’affection et l’appui de leur mère et de leur père dans leurs différences.

Par ailleurs, il est également bon de les préciser que les parents sont toujours responsables de leur éducation et de leur cadre de vie. Aussi, il faudra leur faire savoir que les parents décident ensembles des points essentiels concernant leur vie et qu’ils pourront voir et discuter le plus souvent possible avec leur père ou avec leur mère. Ainsi, expliquez-leur que vous vous mettez d’accord sur l’organisation de leur vie future. Cependant, dans le cas où vous avez du mal à résoudre certains désaccords sur les modalités de garde, il est préférable de ne rien dire aux enfants afin d’éviter le pire.

Crise d’adolescence: comment la gérer au mieux ?

La crise d’adolescence est une période de contestation au cours de laquelle les adolescents fait face. En traversant cette période, ils se sentent désemparés et parfois même désorientés. Cependant, il existe des solutions et des conseils efficaces et pratiques qui vous permettront de mieux les accompagner pendant ces circonstances.

Comment se manifeste la crise d’adolescence ?

Face à la crise d’adolescence, un adolescent change le plus souvent de comportement et ainsi, soit il devient hystérique, soit il devient insupportable. Ainsi, il est difficile de le reconnaître car il se peut qu’il ressemble à un zombie et parfois, s’oppose même à tout. Cependant, pour y remédier, il vous faudra lui fixer des limites. Réagissez en les faisant sentir que vous partager avec eux ces moments difficiles. Aussi, vous devez relativiser même en sachant que votre adolescent a besoin de tester ses limites, de risquer des choses et même de transgresser. Sachez également qu’à cette période, il cherche à emprunter le chemin de l’autonomie, de l’exploration et de la mise en pratique des ressources liées tant à son corps qu’à son esprit.

Pour aider un adolescent à traverser une crise d’adolescence, il vous faudra également savoir l’écouter tout en restant ferme. Ainsi, interdisez certains comportements et défendez votre position fermement et de façon cohérente. Par la même occasion, renoncez à être parfait. Cela vous permettra de bien gérer cette période de crise avec votre adolescent. Cependant, faites le reconnaître qu’on a également le droit d’être démuni de ce qu’on a lorsqu’on n’a pas une conduite juste. Bien que cela soit dramatique, il est à noter que cela est crucial pour que vous puissiez garder une image de vous claire et qui détermine votre rôle.

Que faire face à la crise d’adolescence ?

Mis à part le fait de lui prouver sa fermeté, il est également nécessaire de respecter son intimité. Pour cela, imposez votre propre règle sans pour autant enfreindre à son intimité. Ainsi, faites très attention lorsque vous abordez avec lui certains sujets, tels que l’amour et la sexualité. En effet, il s’agit là des thèmes délicats qui pourront lui affecter et même lui blesser. Sachez garder son intimité avant de lui faire des remarques ou du moins de lui prendre de force un rendez-vous chez un gynéco.

Pendant cette période, les parents sont pris par les adolescents comme des êtres à part entière, qui ne peuvent pas les comprendre. De ce fait, il vous est conseillé d’accepter ce mauvais rôle tout comme les remarques qu’ils vous feront même si cela pourrait vous offenser. Aussi, changer de comportement voire même de vie pour qu’il le remarque. Pour cela, ne partagez pas ces opinions et n’acceptez pas d’être à la mode. Par ailleurs, il est toujours recommandé aux parents de lui montrer leur amour. En effet, l’adolescent traverse une période difficile et a besoin d’un maximum d’attention et de soutien. Ainsi, sachez le soutenir même s’il a commis une grosse bêtise. Sachez que pour cette dernière, vous devez tout simplement le punir et non pas le bannir.

Passer au portage salarial lorsqu’on a son premier enfant

Actuellement, il est possible de s’adonner à une activité professionnelle tout en gardant un œil sur son enfant. En effet, le fait d’avoir un enfant est souvent un problème pour certains parents qui ont une vie professionnelle active. Cependant, sachez qu’avec le portage salarial, il est maintenant possible d’allier le travail à l’éducation de son enfant.

Allier le travail et l’éducation d’un enfant

Elever un enfant requiert du temps surtout lorsqu’il s’agit d’un premier enfant. En effet, le plus souvent, il est difficile pour les parents de le laisser à un babysitter pour s’en occuper et de ce fait, ils veulent s’en charger eux-mêmes. Cependant, le problème réside sur le plan professionnel. Une fois les congés après la naissance terminée, ils doivent se remettre au travail et rejoindre leur routine au quotidien. Ainsi, ils n’auront que peu de temps pour leur enfant. Actuellement, avec l’avancée de la technologie, il est tout à fait possible de gérer ses enfants lorsqu’on travaille. Cela par le biais du portage salarial. Ce dernier donne la possibilité aux parents de travailler dans le propre confort de leur maison tout en veillant à leur enfant.

Cependant, il est à noter qu’il n’y a rien de difficile lors de la reconversion professionnelle. Pour cela, ils devront tout d’abord s’inscrire sur une plateforme destinée au portage salarial, remplir les conditions nécessaires pour y adhérer, signer un contrat avec l’entreprise de portage salarial et commencer à trouver des missions en freelance. En effet, ils seront connus comme freelances, mais par contre auront l’avantage d’être un salarié. En accédant aux sites, ils devront également faire une simulation de salaire et trouver des clients. Ainsi, en optant pour cette méthode de travail innovante et révolutionnaire, le parent pourra travailler à domicile en élevant son enfant.

Les avantages de s’adonner au portage salarial

Nombreux sont les avantages liés au portage salarial. Outre le fait de disposer d’un statut particulier de travailleur indépendant ou freelance, un employé porté est également plus libre et décide lui-même de son emploi du temps. Ainsi, il sera maître de son temps et décidera lui-même de ses missions. Aussi, il n’y a pas d’horaire fixe pour travailler et de même, il est libre de prendre des vacances, le temps qu’il lui faudra. Il en est de même pour les congés, il n’y a pas de demande de congé à faire mais on prévient juste le client qu’on n’est pas disponible de tel jour à jour. Par ailleurs, le travailleur indépendant dispose également d’une meilleure rémunération. Cependant, cela dépend de sa capacité à trouver des missions et de son taux journalier moyen.

Adopter un enfant : tout savoir sur le processus

Adopter un enfant peut être dû à de nombreuses raisons, à savoir la stérilité ou bien même le retard du fait d’avoir un enfant. Cet acte permet en effet à un individu et surtout à ceux qui désirent avoir des enfants de connaître la joie d’être parents.

Les différents types d’adoption

Il existe deux types d’adoption, dont l’adoption simple et l’adoption plénière. Cette dernière a lieu lorsqu’on remplace un nouveau lien de filiation au lien de filiation qu’il y avait eu entre l’enfant adopté et sa famille d’origine. L’adoption simple quant à elle est une adoption qui a pour rôle de créer un nouveau lien de filiation entre la famille qui adopte et l’enfant adopté. Cependant, il est à noter que dans l’adoption simple, les liens de filiation entre la famille d’origine de l’enfant et l’enfant ne sont pas effacés.

Quel que soit le type d’adoption, il est nécessaire d’obtenir un permis d’agrément. Ce dernier est obligatoire et personne ne peut s’en passer, que cela soit au niveau national ou même international. En effet, c’est l’accord de l’administration française et cela est même présent sur le site du gouvernement français. De ce fait, le respect de cet accord est crucial pour remplir toutes les conditions utiles pour l’adoption d’un enfant. Ce n’est qu’une fois les conditions requises remplies que la famille adoptive procède aux nombreuses démarches d’adoption.

Les différentes démarches indispensables lors de l’adoption d’un enfant

Nombreuses démarches existent pour pouvoir adopter un enfant. Dans le cas où vous êtes mariés, vous avez le choix entre deux types de procédures, dont la procédure d’adoption individuelle et la procédure d’adoption conjointe. Dans le premier cas, l’enfant à adopter n’a aucun lien juridique avec le conjoint. Cependant, dans la procédure d’adoption conjointe, les deux parents qui adoptent ont une autorité parentale qui leur est conférée par l’adoption même.

Pourtant, quel que soit le type d’adoption, il est crucial que les parents adoptifs remplissent trois conditions, à savoir le fait d’avoir plus de 28 ans, excepté s’ils sont mariés au moins deux ans, avoir une différence d’âge d’au moins 15 ans au minimum entre l’enfant à adopter et les adoptant et surtout le fait d’obtenir l’agrément du service départemental de l’aide sociale à l’enfance. Par ailleurs, il est à noter qu’une personne veuve, divorcée, célibataire, pacsée ou même qui vive en concubinage peut également adopter un enfant. Pour ce cas, elle doit cependant avoir recours au régime de l’adoption individuelle.

Pour l’obtention de l’agrément, il vous faudra commencer par adresser une demande écrite au service de l’aide sociale à l’enfance de votre département. Expliquez dedans vos motivations et répondez le questionnaire qui vous sera fourni pour indiquer vos souhaits concernant l’enfant à adopter. À cela, vous devez mentionner son âge, sa nationalité, etc. Aussi, rassemblez les documents nécessaires pour pouvoir compléter les démarches, à savoir l’extrait d’acte de naissance, le bulletin n°3 de votre casier judiciaire, les justificatifs de vos ressources, et un certificat médical de moins de trois mois. La réponse à votre demande d’adoption vous sera quant à elle fournie sous 9 mois après avoir fait l’objet d’une enquête sociale.

Apprendre à votre ado l’importance du casque de moto

L’amour de la moto peut toucher tous types d’individu de toutes les tranches d’âges. Outre les jeunes et les adultes, les adolescents commencent aussi à l’avoir comme passion et s’y adonnent corps et âmes pour sa pratique. Cependant, il est à noter que pour cela des règles de sécurité sont indispensables et ne doivent pas être négligées telles que le port d’un casque de moto.

L’adolescent et son amour de la moto

Un adolescent est surtout intéressé par la moto pour pouvoir éviter aux parents de les emmener à l’école, voir des amis ou bien même sortir s’amuser. Par ailleurs, se balader à moto leur permet d’être libre et de faire face librement à leur liberté et à leur indépendance. Aussi, les uns la prennent comme un outil de socialisation et d’intégration tandis que les autres la considèrent comme étant un objet de caprice pour gonfler leurs égos. Pour certains, opter pour une moto est un réel besoin pour le déplacement dans le cas où l’on vit dans des villages éloignés ou à la campagne.

Cependant, l’ego, la passion et l’amour de la moto ne suffisent pas pour en acheter une à un adolescent. En effet, cet acte requiert plusieurs choses à la fois, dont la prise de responsabilité, la maturité, l’engagement, l’implication, le respect d’un pacte moral et même le respect des différentes règles de sécurité. Par ailleurs, les parents doivent toujours veiller à lui donner des consignes qui lui serviront à bien ouvrir les yeux sur les dangers que présente la route. Aussi, il lui est recommandé d’éviter l’alcool avant de conduire et de respecter à la lettre les codes de la route.

Les règles de sécurité à respecter par un adolescent lors de la conduite d’une moto

Nombreuses sont les raisons qui poussent un motard à utiliser un casque lors de sa petite virée à moto, voici même la preuve en photo de l’importance du casque. Outre le fait de se protéger et d’éviter tous risques de danger, les casques permettent également aux conducteurs de mieux faire face aux dangers que peuvent représenter la route. Il s’agit en effet d’un matériel de sécurité indispensable, voire obligatoire lorsqu’on monte à moto. Par ailleurs, il est à noter que le casque doit être homologué et ainsi, respecter les normes et les règles en vigueur imposées. Aussi, il doit être bien attaché.

À porter en permanence, les casques doivent cependant vous permettre de vous mettre à l’aise. Ainsi, vous pouvez opter pour le choix d’un casque qui vous convient le mieux, tels que les casques Shark RAW. Par ailleurs, il est à noter que le fait de changer de casque après une chute est également recommandé à l’adolescent pour que son matériel puisse bien le protéger et que cela ne soit pas défaillant. Outre le casque, le port des gants, des blousons et des pantalons de protection est également primordial lors de la conduite d’une moto. Les gants ne sont autres que les seuls équipements qui peuvent lui protéger du fait qu’en cas de chute, il devra effectivement poser les mains au sol.

Les blousons, les jeans et les pantalons de protection sont quant à eux des accessoires facultatifs mais par contre, sont de bonnes alternatives qui mettent en valeur la protection et la sécurité, tout comme le style.

Décès d’un des parents: comment s’en sortir ?

Le décès d’un des parents est une situation délicate et difficile à surmonter. En effet, il s’agit là d’une grande perte qui marque non seulement un grand vide dans la vie, mais aussi un grand tournant dans la vie des vivants.

Que faire face au décès d’un des parents ?

Lors de la perte d’un des parents proche, il est crucial de faire un deuil en son honneur. Cependant, pendant cette période, même si dans certain cas vous êtes fragile et plus vulnérable que jamais, il vous est conseillé de mieux affronter la réalité. Cela vous permettra de mieux vous remettre sur pied non seulement pour votre bien, mais aussi pour le seul parent qui vous reste. En effet, ce dernier aura besoin de votre soutien, de votre réconfort et surtout de votre aide.

Même si le manque vous envahit, gardez toujours en tête qu’il reste toujours un autre parent qui compte sur vous. Ainsi, luttez contre ce sentiment d’insécurité et faites le maximum pour que l’autre parent restant ne ressente pas qu’il soit seul. De ce fait, même si vous faites face à une perte d’une source d’amour inconditionnel, sachez qu’il en existe encore un auquel vous devez veiller.

Par ailleurs, vous pouvez également vous informer sur les différentes étapes indispensables qui vous permettront de surmonter l’épreuve facilement. Pour cela, vous pouvez par exemple vous documenter avec les 19 étapes pour gérer la mort d’un parent. Aussi, bien que vous ne soyez pas vraiment en état de tout prendre en charge, il vous est conseillé de faire appel aux services d’un professionnel pour l’organisation des funérailles. Ce dernier pourra non seulement trouver une urne funéraire, mais il pourra aussi s’occuper de la cérémonie funèbre, des fleurs, du transport du défunt, etc.

Comment surmonter le décès d’un des parents ?

Pour surmonter un deuil, il vous faudra passer par plusieurs étapes. En effet, ces étapes sont indispensables si vous voulez réussir à franchir le pas. De ce fait, il vous est conseillé de laisser couler vos larmes et de même, de partager vos sentiments et vos émotions avec vos proches, surtout avec le seul parent qui vous reste. N’hésitez pas à prendre les aides d’autrui qui vous tendent la main et apprenez à vous habituer à la séparation. Evitez de vous isoler mais faites des échanges et des partages avec le seul parent qui vous reste et avec vos proches.

Outre que cela, il vous est également conseillé de mieux exprimer vos angoisses afin d’éviter les rechutes. Essayez de vous reconstruire tout en tenant compte qu’un autre parent veille sur vous et a également besoin de votre aide pour s’en sortir. Gardez toujours en tête que vous n’êtes pas le seul à vivre cette expérience et à endurer ce type de situation. Une fois que vous avez surmonté cette période ou bien même lorsque vous ressentez que vous vous en sortez, n’hésitez pas à demander toutes les questions relatives à la succession et l’héritage qui vous restent et qui vous reviennent de droit, à vous et peut être même à votre parent restant.

Comment savoir si mon enfant a attrapé la gale à l’école ?

Comme toute autre maladie, la gale en est une qui peut se transmettre à l’école. Contagieuse et dès fois bénigne, elle affecte toutes catégories de personnes, mais le plus souvent ses victimes sont des enfants. Elle se manifeste à partir d’une irritation cutanée, par le biais des parasites appelés sarcoptes ou bien par divers allergies, tels que les œufs et même les excréments de ces parasites. Cependant, comment se manifeste-t-elle et quels sont les symptômes de la gale qui peuvent se présenter ?

La détection de la gale chez un enfant

Etant l’œuvre des sarcoptes, la gale est une maladie de la peau qui se transmet de différentes manières. En effet, la transmission de la gale se fait par le biais d’un contact direct avec une personne déjà atteinte de la maladie, c’est-à-dire de peau à peau comme par un élève à l’école. Cependant, il est à noter que sa manifestation peut être différente chez un enfant. Pourtant, elle peut bel et bien affecter un adulte. Pour un enfant, la gale le fait beaucoup gratter. Par ailleurs, il y a des boutons rouges qui apparaissent un peu partout sur son corps et tout particulièrement, sur les parties telles que ses aisselles, ses coudes, son bas ventre, ses doigts, ses poignets et parfois même son sexe. Aussi, ses boutons peuvent être présents sur le bord du pied ou même sur la rotule. Pour les enfants d’un âge avancé, cette maladie se manifeste surtout au niveau de la paume des mains, du visage, de la plante des pieds et du cuir chevelu.

Par ailleurs, afin de bien déterminer ce qu’est réellement la gale, il est primordial de connaître les différents symptômes qui s’y rapportent. À cela, il se peut que vous soyez face à différentes lignes fines ou même argentées qui sont visibles sous la peau. Ces dernières indiquent en effet le passage des sarcoptes. Aussi, il se peut qu’il y ait présence de petites pustules ou même des points enflammés qui contiennent du pus ou des ampoules recouvertes de liquide, sur la peau. De même, l’irritation peut se multiplier chez les enfants pendant la nuit, mais également après avoir effectué un bain. La gale se développe entre deux à six semaines si l’enfant en est victime pour la première fois tandis que la réaction se manifeste en seulement quelques heures dans le cas où l’enfant en a déjà été victime auparavant.

Le traitement de la gale chez un enfant

Différentes procédures en cas de la gale dans les écoles doivent être respectées pour éviter qu’elle se propage et affecte les autres élèves de l’établissement. Ainsi, pour traiter la gale, il existe différents types de remèdes efficaces, à savoir les traitements naturels et les traitements médicamenteux. À cela, on peut non seulement utiliser du savon blanc et de l’alcool, mais aussi des feuilles d’abricot. Pour cela, vous devez extraire le jus de plus de vingt feuilles d’abricot et l’appliquer ensuite sur la peau de votre enfant. Par ailleurs, l’extrait de feuille de pilon est à mélanger avec quelques gouttes d’huile de sésame pour soigner la gale.

La gourde amère, à mélanger avec une cuillère à café de jus de citron est également à consommer une fois par semaine. En cas d’une consultation chez le médecin, une crème médicamenteuse est prescrite pour l’enfant et doit être étalé sur le corps. Son application se fait la nuit, après avoir effectué un bain à l’eau fraîche. Pour l’irritation, une lotion de base à base de cortisone ou un antihistaminique lui sera prescrite outre les différents antibiotiques.

Quelle école choisir pour son enfant?

Un enfant n’apprend pas que des leçons à l’école, c’est aussi un endroit où son éducation pour déterminer quelle personne il sera en grandissant commence. C’est tout l’enjeu des parents qui ne doivent pas se tromper sur le choix de l’école sous peine gâcher les potentiels d’un enfant. Aujourd’hui, les choix sont nombreux mais il faut bien tenir compte des critères pour que sa progéniture soit dans une bonne école.

L’école publique : enfant à proximité

La plupart des enfants sont scolarisés dans les écoles publiques. Ce n’est pas une surprise puisque la scolarisation y est gratuite. L’école a l’avantage d’être proche car un enfant ne peut pas être scolarisé en dehors de la commune où il habite sans obtenir de dérogation. C’est donc une aubaine pour les parents qui auront leur enfant à proximité et éviter les longs trajets pour l’emmener ou le chercher. Ainsi, ils pourront participer un peu plus à l’éducation de leur bambin en passant plus de temps avec lui à la maison ou dans un autre endroit. Mais c’est peut-être le seul avantage de l’école publique puisque les infrastructures ne sont pas en bon état, le niveau n’est pas forcément au point et l’organisation change en permanence. Cependant, beaucoup de personnes sont sorties de ces écoles sans encombre et ont réussi leur vie.

L’école privée : chère mais efficace

C’est tout l’opposé des écoles publiques. Tout ce qui fait défaut aux écoles publiques, les écoles privées s’en sont débarrassées pour donner une éducation qu’on peut qualifier impeccable aux enfants. Les écoles privées possèdent des infrastructures qui suivent les normes et vont même au-delà, les professeurs sont tous qualifiés et suivent des formations supplémentaires pour améliorer leur performance. Et même si ce genre d’école se trouve souvent éloigné, elles compensent en faisant participer activement les parents pour qu’ils ne sentent pas être mis à l’écart. Ils font donc des activités avec leur enfant et ont leur voix dans divers débats concernant l’école. Les enfants y sont strictement accompagnés et surveillés, aucune négligence envers eux n’est admise. Toutefois, cela a un prix, et ce n’est pas donné. Seuls les parents ayant vraiment les moyens peuvent scolariser leur enfant dans une école privée.

L’école non conventionnelle : méthode propre à chaque enfant

Les écoles privées dont on a parlé précédemment sont ce qu’on appelle des écoles privées sous contrat. Elles appliquent le programme scolaire proposé par l’État et reçoivent des subventions. Mais il existe de nos jours des écoles privées hors contrat qui appliquent leur propre politique pour éduquer les enfants. Leur principal argument est que les enfants sont uniques et ne doivent être tous éduqués de la même façon. Elles ont des approches très pragmatiques, et pour eux, ce sont les écoles qui doivent s’adapter aux enfants mais non l’inverse. Les méthodes les plus en vogue actuellement sont la méthode Montessori et la méthode Freinet. Et logiquement, pour scolariser nos enfants dans ce genre d’établissement, il faut débourser des sommes énormes. Ce n’est pas étonnant que seuls quelques privilégiés aient la chance de pouvoir éduquer leur enfant dans un tel établissement.

Il est donc clair que les écoles privées sont à privilégier par rapport aux écoles publiques pour décider où on va inscrire son enfant. Malheureusement, ce n’est pas tout le monde qui a le moyen pour faire entrer son enfant dans un établissement privé. Cependant il existe aujourd’hui des écoles publiques ayant le même prestige qu’une école privée.

Navigation