Catégorie : Famille

L’intérêt de faire une liste de naissance

La naissance d’un enfant suscite un sentiment paradoxal chez les parents. Certes, il s’agit d’un événement heureux, mais parfois à cause du stress, il arrive que l’on s’angoisse à mort. Ainsi, pour éviter les désagréments et les oublis, il faut se préparer à l’avance, c’est-à-dire dès les 7 mois de grossesse. Ici, on ne fait pas seulement référence aux équipements nécessaires pour la mère, mais également aux vêtements et aux différents accessoires utiles pour bébé. Dans ce cas, pour ne manquer de rien, il est préférable de faire une liste des choses à acquérir et des équipements à préparer.

Les équipements à préparer à l’avance

L’arrivée d’un bébé ne s’improvise pas. Cela signifie que l’on doit bien se préparer à l’avance. Ainsi, la première chose à faire est de préparer la chambre de bébé. Cette étape doit normalement se faire dès les 7 mois de grossesse, au moment où la maman n’est pas encore très fatiguée. Pour cela, il est important de choisir la couleur idéale (rose, bleu ou neutre, en fonction de vos grés), des mobiliers à y déposer (le lit, le tapis d’éveil, le placard, etc.) et ainsi que les jouets. Sur ce dernier point, il convient de rappeler l’intérêt d’opter pour les objets qui favorise l’éveil et qui stimule le cerveau de bébé. C’est la raison pour laquelle, il ne faut pas oublier d’acheter Sophie la girafe, de choisir un hochet musical ou un jouet émettant un son, et d’acquérir des doudous bien colorés ? Sinon, il est aussi possible d’y ajouter quelques décors, en installant des cadres photo, des objets de décoration, et bien d’autres encore. Mais à part la chambre de bébé, il est aussi nécessaire de faire une liste des équipements dont il aura besoin au quotidien, comme la cuvette de toilette, la balancelle, la poussette, le biberon, les serviettes, etc.

Les choses à ne pas négliger dans sa liste

S’il y a bien une chose que l’on ne doit pas négliger, c’est la liste des équipements à avoir pendant le séjour à la maternité. Il est conseillé de le faire au troisième trimestre de grossesse, parce que l’on n’est pas informé exactement de l’arrivée de bébé, malgré la date probable d’accouchement. Et même si le service de maternité fournit des équipements de base, il est toujours préférable de prévoir des tenues dont bébé aura besoin (bonnet, moufle, pyjama, petite couverture, etc.), des équipements nécessaires à sa survie, telle que le biberon, le lait, la trousse d’hygiène…

Il est aussi indispensable d’établir une liste des choses dont la mère aura besoin, telle que les vêtements, la trousse d’hygiène, et bien d’autres encore. Il est également possible d’apporter à la maternité des jouets auxquels bébé aura besoin pour l’occuper. Sinon, pour bien préparer la naissance de bébé, il est aussi nécessaire d’assister à des cours de préparation à la naissance. C’est durant ces séances que l’on pourra s’informer des choses à faire et à ne pas faire durant la grossesse et pendant la naissance de bébé.

Checklist pour ne rien oublier pour le jour de son mariage

Checklist de mariage

Si les préparatifs d’un mariage commencent une année à l’avance, il est conseillé de se munir d’une checklist pour être plus organisé. Comme le compte à rebours commence, la meilleure façon est de planifier par mois et par jour les tâches et missions qui devraient être faites. Avec ou sans wedding planner, vous devez toujours avoir votre « mémento » !

Le mariage, un évènement à organiser

À un an du jour J, vous serez super-excité(e) à l’idée que la date fatidique approche et appréhende déjà le fait de ne pas assurer l’organisation du jour le plus important de votre vie. On vous conseille alors de faire une checklist qui sera mieux structurée en fractionnant le temps. Procédez donc par mois en commençant par « -12 mois » et y mettre les premières missions à faire : fiançailles et rencontre avec la famille et autres.

Toutes les réservations des prestataires doivent être faites à l’avance pour avoir une date exacte, et il n’est jamais trop tôt pour les faire. Plusieurs tâches doivent s’y inscrire et quelques-unes sont plus qu’importantes pour ne pas mettre les gens « au pied du mur ». La distribution des faire-part, la confirmation des rendez-vous, jusqu’à la dernière minute, vous aurez toujours des détails à régler mais avec une telle organisation, vous serez moins…stressé(e) !

Consultez les bons sites

Ça y est, vous avez tout inscrit dans votre checklist toutes les missions jusqu’aux moindres détails, il est temps maintenant de passer aux préparatifs proprement dits. Avec Internet, vous n’aurez plus à vous déplacer pour vous renseigner ou pour passer vos commandes, puisqu’il est possible de les faire en ligne, certes, le mieux est toujours de tout consulter de visu, mais plusieurs professionnels sont accessibles avec de la garantie et du sérieux.

Comme vous avez déjà choisi le thème pour votre jour J, vous pourrez trouver des idées de décoration de mariage dans des magasins spécialisés. Plusieurs thématiques y sont proposées avec des accessoires qui personnaliseront votre salle et vos tables de fête. Pour rendre votre fête originale, il y a toute une panoplie d’idées pour créer une belle ambiance, pour offrir des cadeaux-souvenirs aux invités sans sortir du contexte que vous avez choisi.

Préparez votre playlist !

Pour que l’ambiance soit au rendez-vous lors de votre mariage, l’animation doit être parfaite. Si certains arrivent à payer un orchestre pour interpréter les plus belles chansons d’amour, d’autres préfèrent engager un DJ et la musique du mariage pourrait être choisie par les mariés. Vous pourrez alors composer dans votre checklist une playlist qui sera respectée par le prestataire.

Ainsi, des sites sont aussi disponibles pour vous suggérer quelques morceaux parfaitement appropriés à un tel évènement. La musique d’entrée dans l’église, celle de l’entrée dans la salle de réception à laquelle certains couples ajoutent de la chorégraphie avec les garçons et les demoiselles d’honneur, celle de l’ouverture de votre bal et celle qui sera en sourdine lors de la séance pour couper le gâteau, seront à préparer.

Conseils pour choisir sa nounou

Lorsque les parents travaillent, ils ont besoin d’une personne de confiance pour s’occuper de leurs enfants. Heureusement, les nounous sont là, elles jouent un rôle important dans l’éducation d’un bambin. Elles favorisent le développement psychomoteur et contribuent à l’intégration des valeurs essentielles aux yeux des parents. Dans ce contexte, choisir la bonne candidate est alors primordial. Ces quelques lignes vous aideront à faire le bon choix, pour vous, et votre enfant.

Bien fixer les points importants à l’avance

Vous pouvez déterminer en avance les horaires, les tâches à assigner, les valeurs importantes à vos yeux ainsi que vos possibilités financières. Avez-vous besoin d’autres services comment l’accompagnement à l’école, les bains, les aides au devoir ou encore la cuisson des repas ? Bien entendu la garde de votre enfant constitue sa principale activité et si elle accepte les autres, son salaire augmentera en conséquence.

Contacter une agence ou une association

Demander auprès de votre réseau est un réflexe naturel et son efficacité est prouvée. Ils peuvent vous indiquer une nounou qui a déjà travaillé pour eux. Les associations ou les agences comme assadia Lyon constituent aussi un choix pertinent. Leur base de données comprend des personnes ayant suivi une formation appropriée et une expérience riche avec les enfants. Ils vous accompagnent pendant tout le processus. En cas de problèmes, vous saurez à qui s’adresser. Par ailleurs, cette démarche facilite la recherche d’une remplaçante si jamais vous devez vous séparer de votre nounou.

Vérifier les références reste indispensable

Les nounous listent dans leur CV les contacts permettant de vérifier leurs références. Vous pouvez demander aux autres familles comment s’est déroulée leur collaboration. En plus des informations, le ton employé offre une indication intéressante. Sont-ils enthousiastes ou soulignent les qualités en restant froid et distant ? Toutefois, dans la mesure du possible, il faut toujours veiller à recouper les informations. Appeler deux ou trois personnes sera alors nécessaire.

L’entretien, une phase importante pour choisir la bonne nounou

Vous avez réussi la première étape, une association ou un ami vous a recommandé une nounou. Maintenant, il est temps de la rencontrer. Préparer un petit questionnaire sur les points qui vous tient à cœur est essentiel.

L’échange servira à vérifier ses expériences, sa capacité d’écoute, son enthousiasme par rapport à son travail ainsi que ses compétences en matière de secourisme. Outre ces aspects techniques, le feeling est primordial. Est-ce que le courant passe ? Sentez-vous que vous êtes sur la même longueur d’onde ?

Dans cette optique, réaliser l’entretien en présence de l’enfant est souvent recommandé. Son avis compte aussi dans la procédure. Si vous avez la possibilité d’organiser deux rencontres : le premier entre vous et la nounou et le second avec l’enfant, c’est encore mieux.

La proximité, un critère essentiel

La nounou ne doit pas habiter trop loin de votre maison. Elle pourrait arriver en retard, ce qui perturbera l’ensemble de votre organisation. Elle aurait également des problèmes au moment de rentrer. Au cas où son quartier est légèrement éloigné, les transports en commun sont-ils fiables ou elle dispose de son propre moyen de locomotion ?

Quelle est la place de votre chien dans la famille?

On dit souvent que le chien est le meilleur de l’homme, mais on ne sait pas vraiment quelle est sa place au sein d’une famille. La façon dont on le traite nous donne parfois des indications sur cette question. Mais, dans la plupart des cas, chaque membre de la famille a sa propre relation avec votre chien et c’est là qu’il est nécessaire de bien définir la place notre animal.

Votre chien: Un simple animal de compagnie ?

C’est comme cela que la plupart des gens considèrent leur chien. L’animal est considéré comme un ami fidèle peu importe les circonstances. Une relation définit surtout par la loyauté. La notion de maître et animal prédomine encore dans ce genre de rapport, mais l’avantage c’est qu’on n’aura aucune crainte que le chien dépasse les limites fixées par la famille. Cette relation est peut-être la plus saine si le chien n’est pas maltraité par ses maîtres. En plus, comme le chien vieillit plus que l’homme, on se préserve des chagrins qui peuvent survenir lors de la séparation.

Un vrai membre de la famille

Un cas de plus en plus courant de nos jours, les chiens sont considérés comme un vrai membre de la famille. Cela signifie, un enfant de plus pour les parents et un frère à part entière pour les enfants. Il n’existe pas d’hiérarchie entre l’homme et l’animal, car seule l’autorité parentale contrôle le chien. Rien n’interdit de donner de l’amour à son chien, mais il faut savoir que ce sont des animaux qui peuvent blesser en cas de débordements. Ce rapport peut être dangereux, surtout pour les enfants qui n’auront aucune autorité sur l’animal. Toutefois, il existe pas moins de 15 races de chiens idéales pour les enfants adaptés pour ce genre de relation.

Un animal avec une fonction précise

Peut-être que vous n’aimez pas les chiens mais que vous en avez juste par nécessité. On peut citer les chiens de garde qui ont pour rôle de surveiller la résidence. Les chiens peuvent aussi aider dans certains handicaps. Dans ces cas, votre chien ne sera pas chouchouté et la récompense est sa seule motivation. Des idées de sorties avec son chien n’effleureront même pas la tête du maître puisqu’il considère l’animal comme un employé qu’il paie en lui donnant à manger en lui permettant d’avoir un couchage dans sa maison, et en le permettant de vivre. C’est assez froid comme relation mais dans cette circonstance il faut solliciter un maître-chien qui s’occupera de l’animal comme il faut.

La place du chien dépend donc essentiellement de son maître. Dans la majorité des cas, il est vu comme un animal de compagnie et traité comme il se doit. Mais pour les personnes qui adorent leur chien et se donnent rendez-vous tout le temps sur des sites d’accessoires canins pour des idées de cadeau à leur animal, il a une place très particulière dans la famille.

Comment organiser un dîner avec toute la famille ?

Pour organiser un dîner avec toute la famille, plusieurs étapes sont à prendre en compte, à savoir les idées de repas, les menus de la semaine, les courses, la cuisine, etc. Cependant, il existe actuellement différents petits astuces pour faciliter ces préparatifs et cela commence même plusieurs jours voire plusieurs semaines avant le jour J.

Que prévoir pour cette occasion ?

Pour un dîner avec toute la famille, il vous faudra prévoir plusieurs choses deux semaines à l’avance. À cela, vous devez commencer par fixer une date et une heure, mais vous devez également faire la liste de vos convives et les contacter pour les prévenir. Choisissez ensuite un thème et achetez toutes les décorations relatives à cela. Pour surprendre vos invités, vous pouvez également prévoir pour eux des cadeaux surprises tels que des produits de voyage pour le bain, des bougies marque place qui portent leur nom, des boites de chocolat avec leur nom dessus ou bien même des échantillons de parfum.

De même, vous pouvez également prévoir des cadeaux pour les enfants, mais pour cela vous devez tout d’abord prêter attention à leur âge. De ce fait, pour un bébé, vous pouvez par exemple lui offrir une peluche ou des jouets pour le bain. Pour un enfant, un livre d’histoire, une poupée, un livre de coloriage ou une petite voiture serait parfait. Par contre, pour un adolescent, vous pouvez opter pour un maquillage, des bijoux, des produits pour le bain, des friandises ou une porte monnaie.

Les idées de menus repas à réaliser pour un dîner avec toute la famille

Afin d’organiser un dîner avec toute la famille, il est crucial de préparer des menus qui conviennent à tous les membres de la famille. Ainsi, la planification des repas doit se faire après avoir effectuée une réunion de famille voire une concertation pour en déduire les plats préférés de chacun et les différents plats à concocter. Par la suite, vous devez lister vos courses. Cependant, avant de vous y mettre, sachez déterminer les menus de la semaine car vous devez tenir compte de cela avant de préparer votre dîner. Pour vous rendre la tâche plus facile, inscrivez sur chacune de vos recettes les ingrédients que vous auriez besoin pour les réaliser.

Une fois revenue des courses, commencez tout de suite par cuisiner les légumes afin qu’il ne puisse pas pourrir dans le réfrigérateur. Par ailleurs, les aliments tels que les fromages, les viandes ou les pizzas doivent être stockés dans un congélateur. Aussi, il vous est recommandé de planifier les repas à l’avance. Ainsi, le matin, débutez par les différentes corvées et l’épluchage des légumes qui restent tout comme le fait de réaliser la vaisselle. Préparez en seule fois tous les ingrédients qui vous sont utiles pour la préparation de votre recette et lancez-vous dans la cuisson.

Rivalité entre frères et sœurs : quand faut-il s’inquiéter ?

Quand on est issue d’une même fratrie, on ne fait pas que s’aimer. Il est même récurrent qu’entre frères et sœurs naisse une certaine rivalité dès les plus jeunes âges, ce qui peut inquiéter les parents. Quand celle-ci n’est pas maîtrisée, différents problèmes peuvent surgir au niveau de la vie familiale. Il est donc nécessaire de faire attention à ce que les conflits ne soient pas trop poussés.

Les causes de la rivalité

La rivalité entre frères et sœurs naît souvent avec le cadet des deux, surtout s’il y a moins de trois ans entre les deux. L’aîné qui a eu l’habitude d’être le centre de l’affection de ses parents se sent alors comme rejeté. Il pense que le nouveau venu lui a dérobé l’attention et l’amour de ses parents : il a pris son petit lit, ses jouets, ses vêtements, etc. Il rejette alors toute la responsabilité sur son cadet et essaie de récupérer son bien en tentant d’être plus important que celui-ci. La réaction de l’autre est généralement réciproque car lui aussi veut être le préféré des parents.

Les risques liés à la rivalité

Une rivalité entre frères et sœurs est un fait qui oblige chacun à se mettre en valeur. Si elle est maîtrisée à temps, il n’y a pas d’énormes risques. Par contre, si aucune mesure n’est prise, la rivalité risque de se transformer en une véritable haine qui ne pourra plus être balayée. Dans certains cas, le conflit peut même resurgir après des années, si bien que certains frères et sœurs ne se contactent plus à l’âge adulte, provoquant une véritable déchirure au sein de la famille.

Les limites de la rivalité

Généralement, une rivalité fraternelle se dissipe vers le début de l’adolescence où les deux commencent à se comprendre et s’entre-protéger. Mais si cette rivalité est trop intense, elle se poursuit bien au-delà. Lorsque l’un des enfants commence à se sentir réellement rejeté parce qu’il y a favoritisme de la part des parents, la situation devient grave. Aussi, quand l’enfant manifeste des réactions excessives même quand on semble le favoriser lui-même, il est nécessaire de trouver une entente entre les deux. Il est du devoir des parents de se placer en tant que médiateur pour aider les enfants à trouver eux-mêmes la solution à leurs problèmes, mais surtout pas se placer en tant qu’arbitre et donner des jugements qui seront toujours mal interprétés.

Divorce : comment l’expliquer aux enfants ?

Actuellement, 44% de couples divorcent et ont du mal à expliquer à leurs enfants leur décision. En effet, le fait de se séparer est une situation difficile à vivre surtout s’il y a des enfants en jeu. Il s’avère plus difficile de leur annoncer cette décision, mais comment trouver les mots justes, clairs et précis qui pourront apaiser la situation ?

Comment annoncer le divorce aux enfants ?

Pour annoncer un divorce aux enfants, il vous faudra penser au fait du comment vous allez vous y prendre et comment allez-vous faire passer le message essentiel. De ce fait, expliquez-leur que les parents sont malheureux ensemble et que la situation s’aggraverait à la maison si vous continuez à vivre sur le même toit et si vous ne vous séparez pas. Aussi, expliquez-leur qu’il est plus favorable de vivre ensemble lorsqu’on s’aime, mais il serait préférable de vivre séparément lorsqu’on se dispute souvent ou lorsqu’on ne s’aime plus.

Par ailleurs, précisez aux enfants que ce sont des problèmes d’adultes et que cela n’est certainement pas de leur faute. Par la même occasion, rassurez-les que vous ne cesserez jamais de veiller sur eux et que vous seriez toujours là pour eux. De même, rappelez-les que quoiqu’il arrive vous êtes toujours son père ou sa mère et que quand viendra le jour où ils fonderont aussi leur propre famille, vous deviendriez les grands-parents de leurs enfants.

La séparation résulte des situations difficiles traversées par les couples. En effet, elle n’est autre que le résultat des moments d’exaspération mutuelle. Cependant, pour l’annoncer aux enfants, il vous faudra attendre le moment propice, c’est-à-dire vous devez expliquer à ces derniers la situation pendant le moment où votre relation se dégrade et pour cela, vous devez leur dévoiler qu’en ce moment tout ne va pas bien entre les deux parents et que vous leur tiendrez au courant de votre décision futur et de ce que vous allez faire. Ainsi, une fois la décision prise, vous devez l’annoncer à vos enfants ensembles.

Comment rassurer les enfants lors du divorce des parents ?

Pour rassurer vos enfants, expliquez-leur qu’il est impossible de divorcer de ses enfants. Par ailleurs, expliquez-leur que vous garder une bonne relation avec votre conjoint pour l’éducation des enfants même si le couple conjugal fait face à une crise. De même, il faudra que l’intégrité du couple parental soit maintenue pour que les enfants ressentent une certaine sécurité même vis-à-vis de la situation présente. Aussi, il vous faudra les rappeler qu’ils grandiront toujours avec le soutien, l’amour, l’affection et l’appui de leur mère et de leur père dans leurs différences.

Par ailleurs, il est également bon de les préciser que les parents sont toujours responsables de leur éducation et de leur cadre de vie. Aussi, il faudra leur faire savoir que les parents décident ensembles des points essentiels concernant leur vie et qu’ils pourront voir et discuter le plus souvent possible avec leur père ou avec leur mère. Ainsi, expliquez-leur que vous vous mettez d’accord sur l’organisation de leur vie future. Cependant, dans le cas où vous avez du mal à résoudre certains désaccords sur les modalités de garde, il est préférable de ne rien dire aux enfants afin d’éviter le pire.

Crise d’adolescence: comment la gérer au mieux ?

La crise d’adolescence est une période de contestation au cours de laquelle les adolescents fait face. En traversant cette période, ils se sentent désemparés et parfois même désorientés. Cependant, il existe des solutions et des conseils efficaces et pratiques qui vous permettront de mieux les accompagner pendant ces circonstances.

Comment se manifeste la crise d’adolescence ?

Face à la crise d’adolescence, un adolescent change le plus souvent de comportement et ainsi, soit il devient hystérique, soit il devient insupportable. Ainsi, il est difficile de le reconnaître car il se peut qu’il ressemble à un zombie et parfois, s’oppose même à tout. Cependant, pour y remédier, il vous faudra lui fixer des limites. Réagissez en les faisant sentir que vous partager avec eux ces moments difficiles. Aussi, vous devez relativiser même en sachant que votre adolescent a besoin de tester ses limites, de risquer des choses et même de transgresser. Sachez également qu’à cette période, il cherche à emprunter le chemin de l’autonomie, de l’exploration et de la mise en pratique des ressources liées tant à son corps qu’à son esprit.

Pour aider un adolescent à traverser une crise d’adolescence, il vous faudra également savoir l’écouter tout en restant ferme. Ainsi, interdisez certains comportements et défendez votre position fermement et de façon cohérente. Par la même occasion, renoncez à être parfait. Cela vous permettra de bien gérer cette période de crise avec votre adolescent. Cependant, faites le reconnaître qu’on a également le droit d’être démuni de ce qu’on a lorsqu’on n’a pas une conduite juste. Bien que cela soit dramatique, il est à noter que cela est crucial pour que vous puissiez garder une image de vous claire et qui détermine votre rôle.

Que faire face à la crise d’adolescence ?

Mis à part le fait de lui prouver sa fermeté, il est également nécessaire de respecter son intimité. Pour cela, imposez votre propre règle sans pour autant enfreindre à son intimité. Ainsi, faites très attention lorsque vous abordez avec lui certains sujets, tels que l’amour et la sexualité. En effet, il s’agit là des thèmes délicats qui pourront lui affecter et même lui blesser. Sachez garder son intimité avant de lui faire des remarques ou du moins de lui prendre de force un rendez-vous chez un gynéco.

Pendant cette période, les parents sont pris par les adolescents comme des êtres à part entière, qui ne peuvent pas les comprendre. De ce fait, il vous est conseillé d’accepter ce mauvais rôle tout comme les remarques qu’ils vous feront même si cela pourrait vous offenser. Aussi, changer de comportement voire même de vie pour qu’il le remarque. Pour cela, ne partagez pas ces opinions et n’acceptez pas d’être à la mode. Par ailleurs, il est toujours recommandé aux parents de lui montrer leur amour. En effet, l’adolescent traverse une période difficile et a besoin d’un maximum d’attention et de soutien. Ainsi, sachez le soutenir même s’il a commis une grosse bêtise. Sachez que pour cette dernière, vous devez tout simplement le punir et non pas le bannir.

Adopter un enfant : tout savoir sur le processus

Adopter un enfant peut être dû à de nombreuses raisons, à savoir la stérilité ou bien même le retard du fait d’avoir un enfant. Cet acte permet en effet à un individu et surtout à ceux qui désirent avoir des enfants de connaître la joie d’être parents.

Les différents types d’adoption

Il existe deux types d’adoption, dont l’adoption simple et l’adoption plénière. Cette dernière a lieu lorsqu’on remplace un nouveau lien de filiation au lien de filiation qu’il y avait eu entre l’enfant adopté et sa famille d’origine. L’adoption simple quant à elle est une adoption qui a pour rôle de créer un nouveau lien de filiation entre la famille qui adopte et l’enfant adopté. Cependant, il est à noter que dans l’adoption simple, les liens de filiation entre la famille d’origine de l’enfant et l’enfant ne sont pas effacés.

Quel que soit le type d’adoption, il est nécessaire d’obtenir un permis d’agrément. Ce dernier est obligatoire et personne ne peut s’en passer, que cela soit au niveau national ou même international. En effet, c’est l’accord de l’administration française et cela est même présent sur le site du gouvernement français. De ce fait, le respect de cet accord est crucial pour remplir toutes les conditions utiles pour l’adoption d’un enfant. Ce n’est qu’une fois les conditions requises remplies que la famille adoptive procède aux nombreuses démarches d’adoption.

Les différentes démarches indispensables lors de l’adoption d’un enfant

Nombreuses démarches existent pour pouvoir adopter un enfant. Dans le cas où vous êtes mariés, vous avez le choix entre deux types de procédures, dont la procédure d’adoption individuelle et la procédure d’adoption conjointe. Dans le premier cas, l’enfant à adopter n’a aucun lien juridique avec le conjoint. Cependant, dans la procédure d’adoption conjointe, les deux parents qui adoptent ont une autorité parentale qui leur est conférée par l’adoption même.

Pourtant, quel que soit le type d’adoption, il est crucial que les parents adoptifs remplissent trois conditions, à savoir le fait d’avoir plus de 28 ans, excepté s’ils sont mariés au moins deux ans, avoir une différence d’âge d’au moins 15 ans au minimum entre l’enfant à adopter et les adoptant et surtout le fait d’obtenir l’agrément du service départemental de l’aide sociale à l’enfance. Par ailleurs, il est à noter qu’une personne veuve, divorcée, célibataire, pacsée ou même qui vive en concubinage peut également adopter un enfant. Pour ce cas, elle doit cependant avoir recours au régime de l’adoption individuelle.

Pour l’obtention de l’agrément, il vous faudra commencer par adresser une demande écrite au service de l’aide sociale à l’enfance de votre département. Expliquez dedans vos motivations et répondez le questionnaire qui vous sera fourni pour indiquer vos souhaits concernant l’enfant à adopter. À cela, vous devez mentionner son âge, sa nationalité, etc. Aussi, rassemblez les documents nécessaires pour pouvoir compléter les démarches, à savoir l’extrait d’acte de naissance, le bulletin n°3 de votre casier judiciaire, les justificatifs de vos ressources, et un certificat médical de moins de trois mois. La réponse à votre demande d’adoption vous sera quant à elle fournie sous 9 mois après avoir fait l’objet d’une enquête sociale.

Décès d’un des parents: comment s’en sortir ?

Le décès d’un des parents est une situation délicate et difficile à surmonter. En effet, il s’agit là d’une grande perte qui marque non seulement un grand vide dans la vie, mais aussi un grand tournant dans la vie des vivants.

Que faire face au décès d’un des parents ?

Lors de la perte d’un des parents proche, il est crucial de faire un deuil en son honneur. Cependant, pendant cette période, même si dans certain cas vous êtes fragile et plus vulnérable que jamais, il vous est conseillé de mieux affronter la réalité. Cela vous permettra de mieux vous remettre sur pied non seulement pour votre bien, mais aussi pour le seul parent qui vous reste. En effet, ce dernier aura besoin de votre soutien, de votre réconfort et surtout de votre aide.

Même si le manque vous envahit, gardez toujours en tête qu’il reste toujours un autre parent qui compte sur vous. Ainsi, luttez contre ce sentiment d’insécurité et faites le maximum pour que l’autre parent restant ne ressente pas qu’il soit seul. De ce fait, même si vous faites face à une perte d’une source d’amour inconditionnel, sachez qu’il en existe encore un auquel vous devez veiller.

Par ailleurs, vous pouvez également vous informer sur les différentes étapes indispensables qui vous permettront de surmonter l’épreuve facilement. Pour cela, vous pouvez par exemple vous documenter avec les 19 étapes pour gérer la mort d’un parent. Aussi, bien que vous ne soyez pas vraiment en état de tout prendre en charge, il vous est conseillé de faire appel aux services d’un professionnel pour l’organisation des funérailles. Ce dernier pourra non seulement trouver une urne funéraire, mais il pourra aussi s’occuper de la cérémonie funèbre, des fleurs, du transport du défunt, etc.

Comment surmonter le décès d’un des parents ?

Pour surmonter un deuil, il vous faudra passer par plusieurs étapes. En effet, ces étapes sont indispensables si vous voulez réussir à franchir le pas. De ce fait, il vous est conseillé de laisser couler vos larmes et de même, de partager vos sentiments et vos émotions avec vos proches, surtout avec le seul parent qui vous reste. N’hésitez pas à prendre les aides d’autrui qui vous tendent la main et apprenez à vous habituer à la séparation. Evitez de vous isoler mais faites des échanges et des partages avec le seul parent qui vous reste et avec vos proches.

Outre que cela, il vous est également conseillé de mieux exprimer vos angoisses afin d’éviter les rechutes. Essayez de vous reconstruire tout en tenant compte qu’un autre parent veille sur vous et a également besoin de votre aide pour s’en sortir. Gardez toujours en tête que vous n’êtes pas le seul à vivre cette expérience et à endurer ce type de situation. Une fois que vous avez surmonté cette période ou bien même lorsque vous ressentez que vous vous en sortez, n’hésitez pas à demander toutes les questions relatives à la succession et l’héritage qui vous restent et qui vous reviennent de droit, à vous et peut être même à votre parent restant.

Navigation